BAIE DE BEAUPORT : UN APPEL D’OFFRE S’IMPOSE

 

Pierre-André Normandin

Le Soleil du 03 février 2009

 

(Québec) L’opposition à l’hôtel de ville exige un appel d’offres pour l’octroi du contrat de gestion de la baie de Beauport. L’administration Labeaume se dit toutefois incapable d’imposer au Port une telle démarche.

 

Depuis le début de l’hiver, des négociations se déroulent entre la Ville et l’administration portuaire pour confier à l’entreprise Gestev la responsabilité d’animer le site récréotouristique, comme à l’été 2008. Mais voilà, les anciens administrateurs de la baie de Beauport demandent que leur projet de créer une coopérative soit étudié, faisant miroiter des économies considérables par rapport au privé.Le chef de l’opposition, Alain Loubier, croit qu’un appel d’offres public permettrait de «s’assurer que Québec en obtienne pour son argent, qu’on retienne la meilleure proposition au meilleur prix». Il en fait une question de saine gestion des fonds publics.

 

«Une organisation qui soutient qu’elle pourrait assurer la gestion du site pour 150 000 $, la moindre des choses, ce serait qu’on vérifie cette allégation», a-t-il soutenu hier soir. Rappelons que la Ville a versé 500 000 $ pour que Gestev gère la baie de Beauport, montant insuffisant selon le Port qui dit avoir puisé dans ses propres fonds pour boucler le budget du site.

 

Le responsable du dossier au comité exécutif, François Picard, a qualifié de «farfelu» le montant avancé par les promoteurs d’une coopérative pour gérer la baie. «Au début des années 2000, il en coûtait plus de 160 000 $ alors que les toilettes étaient une roulotte de chantier. Depuis, il y a plus de 20 millions $ investis. On veut faire croire à la population que ça peut coûter 150 000 $. Il faut être sérieux».

 

lesoleil2

 

Alain Loubier réclame un appel d’offres avant de confier au privé la gestion de la Baie de Beauport.