BAIE DE BEAUPORT : LOUBIER DÉNONCE L’ATTRIBUTION D’UN CONTRAT DE 3 M $ SANS APPEL D’OFFRES

 

Pierre-André Normandin

Le Soleil du 27 février 2009

 

(Québec) L’opposition à l’hôtel de ville s’indigne de voir l’administration Labeaume s’engager sans appel d’offres à verser plus de 3 millions $ au Port de Québec pour la gestion de la baie de Beauport ces cinq prochaines années.

 

Lundi, le conseil municipal devra se prononcer sur l’entente  récemment intervenue entre la Ville et l’administration portuaire afin de confier à Gestev le site récréotouristique fraîchement retapé. Entérinée mercredi par l’administration Labeaume, celle-ci prévoit que Québec versera annuellement 600  000 $ au Port pour la gestion de la baie jusqu’en 2013. Estimant ne pas avoir l’expertise pour faire ce travail, son vice-président Marcel Labrecque a confirmé au Soleil vouloir confier cette tâche à l’entreprise Gestev, spécialisée dans l’organisation d’événements.

 

«J’apprends aujourd’hui qu’on se propose d’adopter un contrat de cinq ans sans appel d’offres. Ça témoigne de la désinvolture avec laquelle l’administration Labeaume aborde la question de la gestion de la baie de Beauport», déplore le chef de l’opposition, Alain Loubier.

 

Seul rival au maire pour l’instant dans la course à la mairie de novembre prochain, ce dernier déplore l’absence de détails sur les activités dans l’entente intervenue avec le Port. «C’est tout de même curieux, c’était l’un des legs que le fédéral destinait à Québec pour son 400e anniversaire et, maintenant, on s’apprête à s’attacher les mains en confiant ça à un tiers qui aura la voie libre de faire ce qu’il veut. On n’a formulé aucune exigence précise.»

 

«Tout ce qu’on demande, c’est de favoriser le développement d’activités et de programmes au bénéfice de la population. C’est tout! C’est nettement insuffisant», estime M. Loubier.

 

Pire, soutient-il, l’entente n’offre «aucune garantie que les attentes des citoyens seront remplies». En fait, celle-ci stipule qu’une «évaluation sera faite conjointement par les parties au moment jugé opportun», peut-on lire.

 

«Je constate que les mécanismes de reddition de compte sont minimaux», en vient à dire M. Loubier qui s’indigne également du refus de la Ville de remettre le rapport de Gestev pour la gestion de la baie de Beauport l’été dernier, document pourtant déposé en décembre. L’opposition estime que ces informations permettraient aux conseillers municipaux de savoir comment ont été dépensés les 500 000 $ versés l’an dernier. Et surtout, comment l’entreprise spécialisée dans la gestion d’événements entend s’y prendre cette année pour améliorer son offre de services.

 

Le chef de l’opposition mentionne que plusieurs citoyens se sont plaint des services offerts l’été dernier. Or, pour juger des nouveautés proposées, les conseillers doivent se contenter d’une liste d’équipements que la Ville s’engage à prêter au gestionnaire annexé à l’entente. Celle-ci mentionne que des voiliers, des planches à voile, des canots et des kayaks seront offerts en location.

 

Rappelons que Gestev avait été appelé en renfort l’an dernier à la dernière minute par le Port de Québec pour prendre en charge la baie de Beauport. Québec avait versé 500 000 $ et l’administration portuaire avait dû puiser dans ses coffres pour combler le manque à gagner.